Comment j'ai appris la batterie

Les rudiments de CC, le déchiffrage de partition, les différentes méthodes d’apprentissage … vos conseils, vos questions.
Avatar du membre
Gaeriel
Administrateur du site
Messages : 2655
Enregistré le : lun. 14 oct. 2013 14:49
Matos : Tama Starclassic Performer B/B 2014
Présentation : viewtopic.php?f=16&t=5323
Présentation matos : viewtopic.php?f=17&t=5906
Naissance : 1989
Localisation : Neuchâtel - Suisse
Contact :

Comment j'ai appris la batterie

Messagepar Gaeriel » mer. 22 mars 2017 16:06

Coucou !

Je sais que nous avons beaucoup l'occasion de parler d'apprentissage à la Taverne, et de partager des méthodes, techniques et autres conseils afin de progresser grâce au soutien des autres et nous sommes toustes d'accord pour dire que c'est l'un des points forts de ce forum :). Je me faisais juste la réflexion que, à part vite fait dans les présentation, nous évoquons rarement nos parcours dans la "globalité". On dit souvent brièvement comment on y est venu, et on parle surtout de ce qu'on fait "maintenant" pour progresser, mais pas vraiment de ce qu'on a fait.

Je me suis lancé dans cette petite réflexion car, comme vous le savez, je traverse une période de doutes assez violente sur ma pratique de la musique et de l'instrument qui me force à me remettre en question à peu près à chaque fois que je ressens le besoin de jouer et que j'en ressors déprimé. La thématique que je pose aujourd'hui m'est aussi venue parce que, le week-end dernier, je suis allé voir le concert annuel de la fanfare que j'ai quittée il y a deux ans et dans laquelle j'ai fait mes premiers pas dans les percussions, ça m'a fait un petit électrochoc de type "souviens-toi quand tu débutais" et ça m'a fait - en fait - plutôt du bien (même si le concert en lui-même m'a plutôt déprimé mais ce n'est pas la question).

Du coup, je me suis demandé ce que vous penseriez d'un petit topic pour y développer un peu nos expériences respectives. Pour celleux qui ne voudraient pas parler d'elleux, qu'iels n'hésitent pas à réagir aux parcours des autres, c'est plutôt sympa, et ce sera aussi l'occasion de comparer nos différents parcours et d'échanger des conseils et de la motivation :).

Je pose là quelques questions qui peuvent vous aider à construire votre "récit" :

Quel rapport à la musique ? Pourquoi vouloir en faire ?
Pourquoi choisir la batterie et pas autre chose, et comment y avez-vous réfléchi, quelles sont les raisons qui vous ont poussé.es à choisir cet instrument ?
Quel a été votre parcours d'apprentissage, du début jusqu'à présent ?
Quel regard portez-vous sur ce parcours, ses défauts, ses bons côtés, qu'est-ce qu'il vous a amené spécifiquement ?


Et du coup, je commence, j'espère que vous serez nombreux.ses à participer !

Quel rapport à la musique ? Pourquoi vouloir en faire ?

J'ai la chance (ou le malheur) d'être issu d'une famille plutôt musicienne. Des grands-parents (un grand-père surtout) versés dans la musique classique et le jazz, grand chanteur dans des choeurs, et un papa fou de musique (blues et jazz surtout) et guitariste depuis l'adolescence. ça fait que forcément je me suis retrouvé embarqué à assister aux concerts et divers projets musicaux du paternel pendant toute mon enfance, et j'ai grandis avec Eric Clapton et les Beatles dans mon biberon, quasiment.

Je crois pas avoir trop eu le choix de faire de la musique quand j'étais tout petit, mais probablement que j'ai demandé parce que je me suis retrouvé à apprendre le solfège en jouant de la flûte douce, mais ça m'intéressait pas beaucoup à l'époque, et j'ai arrêté au bout de quelque chose comme un an. Mais ça m'a donné des bases. Pareil pour mes soeurs, une a appris le piano, l'autre la flûte jusqu'au conservatoire mais les deux ont arrêté à l'adolescence.

Je pense que c'est inscrit quelque part dans mes gênes : il fallait que je fasse de la musique, c'était pas vraiment important de comment quoi avec qui je crois.

Pourquoi choisir la batterie et pas autre chose, et comment y avez-vous réfléchi, quelles sont les raisons qui vous ont poussé.es à choisir cet instrument ?

C'est moi qui pose les questions, mais chuis con parce que je peux pas répondre.

Ah, si.

Prrrrt.

Voilà. Sérieux, j'en sais rien. Il paraît que j'étais fasciné par la drum quand j'étais gosse mais alors comment, pourquoi, je sais pas. Surtout qu'avec le recul je me dis que j'aurais dû apprendre la gratte, je pourrais faire plus de trucs. J'avais genre 9 ou 10 ans quand j'ai demandé d'être inscrit à la fanfare du village pour faire du tambour. Allez savoir. Sûrement parce que je trouvais que ça le faisait, l'uniforme, le tambour, c'était cool.

Quel a été votre parcours d'apprentissage, du début jusqu'à présent ?

Donc, j'ai choisi le tambour au pif, et je suis allé apprendre à en jouer dans une fanfare villageoise. Faut bien noter le côté champêtre, c'est important, et dans une région de Suisse où le tambour n'est pas adulé comme dans d'autres. D'ailleurs j'ai commencé à jouer tout pile à une période où le groupe tambours de la fanfare s'étiolait. Deux ans avant, ils étaient 15, quand j'ai commencé ils étaient 4. Du coup, j'étais avec deux autres élèves pour apprendre sur le tas. C'est un peu le système dans ce genre de fanfare, t'as un gars qui a appris sur le tas il y a 35 ans et qui essaie de t'apprendre ce qu'on lui a appris un peu à l'arrache. Un autodidacte qui apprend à des autodidactes, en gros. Pas beaucoup de méthode, mais de l'engagement et quand même un paquet d'expérience.

ça m'a donné une base technique pas dégueu, car les rudiments sont les fondements du tambour. Et si tu sais pas faire un roulement ou fla, t'as meilleur temps de jouer de la grosse caisse. A 11 ans on intégrait le groupe "des grands" et donc on commençait à participer aux cortèges, concerts et autres concours. J'ai fait mon premier concours de tambour individuel il y a tout pile 17 ans.

ça a pris quelques années encore pour qu'on nous intègre carrément à l'harmonie. Au départ le groupe tambours était complétement séparé de la fanfare en tant qu'orchestre, on répétait dans notre coin et on jouait que des morceaux de tambours mais est arrivé un moment où il n'y avait plus de percussionniste dans l'harmonie et donc le plus simple était d'intégrer les gamins. C'est donc là que j'ai touché ma première batterie, et c'était pas franchement prémédité.

Dans le même temps on participait à une "harmonie de jeunes" donc on avait le même principe que pour le tambour un gars plus ou moins calé en percussions qui t'apprenait vite fait à lire les partitions, et le reste c'était un peu beaucoup au pif. Par chance on a eu des directeurs d'harmonie qui étaient musiciens pros et qui en connaissaient un rayon donc chacun a pu apporter des indications sur des trucs qu'on comprenait pas. Il y a certaines indications sur des partitions dont on a su ce qu'elles voulaient dire que des années plus tard, ce genre de trucs.

Vers mes 12 ans j'ai aussi reçu une batterie, le batteur de mon père qui en changeait et qui m'avait refilé son ancien matos. J'avais donc une drum chez moi et j'en jouais régulièrement en imitant la musique que j'écoutais à l'époque. Je me mettais des écouteurs avec du Deep Purple ou du Metallica et j'imitais ce que faisaient les batteurs.

C'est les deux aspects par lesquels j'ai appris à jouer de la batterie pendant les premières années. Avec les copains à la fanfare en mode "WTF cékoi que tu joues quand c'est y a un petit point au dessus de la note" et tout seul à taper approximativement en imitant des batteurs.

Vers 15 ans j'ai fondé mon premier groupe de musique avec des potes qui apprenaient aussi leur instrument, on a appris ensemble pendant les années qui ont suivies et ça a été l'essentiel de mon apprentissage. Beaucoup avec les copains, un peu dans mon coin mais pas énormément. On ne peut pas dire que je sois un gros bosseur en solitaire, ça m'emmerde plus qu'autre chose et pour être motivé j'ai besoin de partager avec des gens. C'était là que les défis étaient les plus intéressants. A la fanfare le défi est devenu un peu forcé quand on m'a nommé directeur tambour quand j'avais genre 17 ans, et qu'il fallait absolument que je sois bon et meilleur que les autres pour être légitime, en particulier vis-à-vis des nouveaux et des élèves, il fallait être capable aussi de transmettre quelque chose. ça m'a forcé pendant quelques années à faire de gros efforts pour corriger de nombreux défauts sur des trucs qui n'avaient jamais été bossés à fonds du fait de l'apprentissage très approximatif.

Et dans le groupe de musique, les défis étaient collectifs. On voulait jouer tel ou tel morceau et il fallait bosser pour y arriver, ou alors on composait des trucs beaucoup trop débile pour notre niveau et ça en revenait au même. Pour la petite histoire, les premiers morceaux qu'on a appris en groupe, c'était Paranoid de Black Sabbath, Ich Will de Rammstein, et L'aventurier d'Indochine ^^. Et moi tout seul je me passais en boucle l'album live symphony & Metallica et un best of de Deep Purple.

Avec le temps le niveau a évolué de façon plus ou moins régulière mais à l'époque on avait le temps de se voir beaucoup, surtout que les répètes étaient des prétextes à la picole, alors on se voyait 2-3 fois par semaines. De mon côté j'ai jamais beaucoup bossé tout seul, je n'ai jamais pris de cours encadré autre qu'à la fanfare, et vous avez bien compris que c'était plutôt approximatif et chaotique.

En conclusion on peut donc dire que je suis un autodidacte quasi complet doublé d'un fainéant, mais qui a passé une grande partie de ses loisirs à faire de la musique jusqu'à récemment.

Quel regard portez-vous sur ce parcours, ses défauts, ses bons côtés, qu'est-ce qu'il vous a amené spécifiquement ?

Par bien des égards, c'est plutôt cool d'apprendre comme ça. C'est arrivé en partie par hasard, un peu sans trop réfléchir, juste pour le plaisir avec les potes et du coup j'ai jamais eu vraiment à faire de gros efforts, juste assez pour pas être un boulet. C'était pareil avec la fanfare, autant j'avais pas la pression du prof qui t'engueule si t'as pas fait tes "exercices", autant quand tu joues avec 50 autres personnes et que t'es pas au point ou que tu comprends rien, c'est compliqué à vivre... Ces moments où le directeur te fait rejouer les 4 mêmes mesures en boucle pendant que tous les autres musiciens t'écoutent... c'est dur.

ça a laissé quelques traces d'ailleurs parce que du coup, en groupe, quand j'arrive pas à faire quelque chose, je refuse qu'on le travaille en répète, je préfère qu'on passe à autre chose et je reviens là-dessus tout seul.

Du point de vue de l'apprentissage en lui-même, avec le recul, je sais que c'était pas idéal d'un point de vue objectif, et je pense que ça ne conviendrait pas à une majorité de personnes. Pour moi c'était parfait car j'ai jamais été à l'aise dans les structures scolaires et je pense pas que j'aurais accroché si j'avais dû aller en cours de façon régulière, avec des exigences, des exercices et des objectifs. En outre, ça m'a vraiment permis d'apprendre à mon rythme (héhé), en concentrant mon attention sur des éléments précis quand j'en avais besoin, et c'est toujours le cas aujourd'hui quand j'apprends un nouveau truc.

C'est à mon avis le meilleur moyen d'apprendre en s'amusant et sans trop jamais remarquer que tu apprends et que tu progresses mais il faut tenir compte de deux facteurs qui, je pense, ont beaucoup compté dans mon cas, c'est que j'ai commencé jeune (le tambour dès 10 ans, la musique un peu avant) et que j'avais (voire ai encore) une certaine facilité, c'est très bon pour la fainéantise d'ailleurs :).

Du côté des mauvais points, apprendre tout seul, ou avec des gens pas spécialement avancés dans le domaine et que tu dépasses rapidement dans ton apprentissage, ça génère des défauts. Tu bosses pas à fonds certains aspects et donc la technique est limitée. Pour tout ce qui est rudiments, par exemple, on passait peu de temps sur les phases intermédiaires, on pouvait donc les faire lentement et vite, mais de façon pas très propre. ça m'a pris plusieurs semaines pour corriger pas mal de points négatifs afin de reposer ma technique sur des bases plus solides et pour limiter le bricolage. Et ne pas avoir de structure dans l'apprentissage fait qu'en général on laisse de côté de nombreux pans et fondations pour s'attaquer trop vite à des problématiques complexes. Du coup ça fait régulièrement faire deux pas en arrière pour faire un pas en avant dans une autre direction, et c'est laborieux par moments.

ça pousse aussi à des remises en question qui sont bien trop nombreuses (pour moi). Comme j'ai jamais eu le point de vue d'un pro sur ce que je fais, j'ai l'impression de ne rien maîtriser, ça m'angoisse généralement quand je me retrouve avec d'autres batteurs en face de moi, et ça me bloque totalement dans l'idée éventuelle de prendre quelques cours pour voir ce que je pourrais développer.

D'un autre côté, quand je regarde mon apprentissage de l'instrument, avec tous ses défauts et son chaos, je suis aussi assez fier de ce que je suis et de ce que j'arrive à faire. ça m'a construit sous bien des aspects et j'ai développé mon jeu aussi à force de persévérance. Du coup, y a pas de raison que je ne parvienne pas à continuer...

Et vous, petites loutres arboricoles ?
Commence par mon groupe

Tu veux tchater avec des gens sympas et utiles ? Fais donc un tour sur le salon de discussion de la Taverne.
Plus d'infos ici.

Jay - batteur Suisse
Mind Out! - Heavy Gruyère Metal |http://www.mindout.ch
Simple Minds
Pilier de comptoir
Messages : 1428
Enregistré le : mer. 10 août 2011 19:40
Présentation : viewtopic.php?f=16&t=1088&start=20
Présentation matos : viewtopic.php?f=17&t=1257
Naissance : 1997
Localisation : Breizh

Re: Comment j'ai appris la batterie

Messagepar Simple Minds » mer. 22 mars 2017 16:14

Ah oui, super ce sujet Gaeriel ! Bon j'ai pas encore tout lu, parce que pas possible de me concentrer sur autant de texte d'un coup, mais je finirais dans la semaine !!
Je prendrais aussi le temps de vous faire part de mon parcours musical, puisque à l'image de ma vie, il est un peu atypique !
Au plaisir de vous lire :occasion14:
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur libre
Qu'il est plus important d'être debout que de vivre
Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos ames
Le souffle du néant n'éteindra pas la flamme
Avatar du membre
Platy
Administrateur du site
Messages : 4063
Enregistré le : lun. 29 juil. 2013 15:34
Matos : Roland TD-12 avec pads maillés
Présentation : viewtopic.php?t=4816
Présentation matos : viewtopic.php?t=4817
Naissance : 1978
Localisation : Dans le sud là ou il fait (très) chaud

Re: Comment j'ai appris la batterie

Messagepar Platy » mer. 22 mars 2017 16:46

Quel rapport à la musique ? Pourquoi vouloir en faire ?
Oupinaise ça part fort... Famille pas spécialement musicienne (mon père gratouillait étant ado, sans plus) mais grande amatrice de musique (surtout du rock). Donc j'ai baigné dans un environnement musical sans musiciens :D Concerts en live ou en vidéo, vinylthèque puis cassettothèque puis cdthèque bien remplie.
Y'a une photo de moi qui traîne (mes potes fesse-bouquiste la connaissent) à 2 ans avec une gratte dans la main... je suis infout de dire ce qu'est devenu cette guitare mais je suis de ne pas avoir joué de la musique dessus (du bruit probablement :p)
Du coup arrivé au Lycée, et trainouillant à l’aumônerie, je me suis retrouvé à gratouiller sur une vieille guitare sèche qui passait de mains en mains. Divorce de mes parents =>plus de cadeaux et une gratte sous le sapin :)
Apprentissage en autodidacte, à grands coups de guitar part et autres livrets de chants, première scène 6 mois après (fête du Lycée) avec quelques potes... Et depuis le virus ne m'a plus lâché.
Pourquoi choisir la batterie et pas autre chose, et comment y avez-vous réfléchi, quelles sont les raisons qui vous ont poussées à choisir cet instrument ?
Alors le "pas autre chose" forcément ça marche pas pour moi :)
Mais après quelques années "à vide" niveau musique (5/10 minutes tous les 6 mois) et ayant pris un nouveau départ, je me suis décidé à prendre des cours de guitare, au début pour m'obliger à y aller... Bawé, ça me faisait au moins toucher l'instru 1/2h par semaine pendant les cours. Puis j'ai travaillé à la maison, puis j'ai rencontré des gens, puis on a monté un groupe, puis... c'est reparti :)
Et donc dans la MJC où je prenais mes cours, il y avait un prof de batterie... et je me suis dit "bah tiens, pourquoi pas... " J'avais déjà tendance à me placer derrière les fûts en fin de répète et tapoter un poil, ça me semblait assez naturel en fait...
Quel a été votre parcours d'apprentissage, du début jusqu'à présent ?
A la guitare autodidacte pendant des années puis des cours
A la batterie un prof direct. J'ai trop souffert (et je souffre encore) de mes gros défauts à la gratte dus en grande partie à mon auto-apprentissage, je ne voulais pas réitérer la même erreur avec la batterie (et d'ailleurs mes gosses ont pris direct des cours)
Mon gros défaut:je ne bosse pas assez entre deux cours, du coup je progresse tout doucement :(
Quel regard portez-vous sur ce parcours, ses défauts, ses bons côtés, qu'est-ce qu'il vous a amené spécifiquement ?
Fouyayaya
Bah je regrette de ne pas avoir pris de cours plus tôt à la guitare, une erreur à ne pas commettre. Après il faut aussi un bon prof (un mauvais prof est pire que pas de prof du tout en fait... Et à la guitare tu tombes vite sur un branquignolle aussi mauvais que toi) Après côté groupe/scène j'ai monté pas mal de groupes qui ont tous eu une vie plus ou moins éphémère (quelques années) et joué dans quelques endroits bien sympatoches
Tronçonneur de posts depuis 1978
AVIS aux nouveaux arrivants: merci de passer par la case J'me présente, je m'appelle Henri même si vous vous appelez autrement
Et n'oubliez pas Le COVER CONTEST
Simple Minds
Pilier de comptoir
Messages : 1428
Enregistré le : mer. 10 août 2011 19:40
Présentation : viewtopic.php?f=16&t=1088&start=20
Présentation matos : viewtopic.php?f=17&t=1257
Naissance : 1997
Localisation : Breizh

Re: Comment j'ai appris la batterie

Messagepar Simple Minds » mer. 22 mars 2017 23:23

Quel rapport à la musique ? Pourquoi vouloir en faire ?

Alors tout à la base, moi j'ai commencé la musique quand j'avais 5 ans (le piano). Je peux pas vous dire pourquoi, la seule chose qui est sûre c'est que je n'ai pas dû clairement le demander à mes parents puisqu'à cet age la je parlais pas :lol: Mais je ne pense pas que ce soit eux qui m'aient inscrit d'office, je pense qu'ils ont du sentir une certaine envie pour moi d'en faire, puisqu'on avait un piano à la maison (ma mère a fait un peu de piano étant jeune).
Franchement, j'ai le souvenir que j'aimais ça, que le bruit de la musique m'apaisait, mais très rapidement, les choses se sont gâtées puisque le prof ne voulait plus me donner de cours (=> argument grotesque mais totalement réel : "un enfant qui ne parle pas il ne comprend rien, il n'est pas capable de faire de la musique"). Du coup voilà, l'école de musique s'arrange pour "me virer", et mes parents ne voulaient pas aller au clash, donc ça s'arrete là pour moi. Quelle tristesse.

Ce n'est que 7 ans plus tard que je m'y remets, à mes 12 ans à la guitare cette fois ci. Pourquoi je décide de m'y remettre ? Comme souvent avec moi, je fais les choses parce qu'elle ont une cause, une conséquence, je fais des tableau avec les +, les -, ce que ça peut m'apporter etc etc (c'est jamais sur un coup de tête, ou juste "par envie" :D). Et là, l'argument principale est le suivant : je fais du sport à haut niveau depuis que j'ai 8 ans. Je suis en sport étude, j'ai énormément d'heures d'entrainement pas semaine, mais problème : je me blesse très souvent. Du coup, ben quand je suis blessé, j'ai environ 20 à 30h de vide dans ma semaine, et je suis intenable :( C'est là que me vient cette idée : si je fais de la guitare, quand je serais blessée, je pourrais jouer, et combler ce vide ! Du coup, c'est comme ça que j'ai (re)commencé la musique, à cause du sport. Au départ, je ne jouais que quand je ne pouvais pas faire de sport. Petit à petit, j'ai vraiment pris gout au truc, et j'ai commencé à bosser de plus en plus.
Voilà pour le départ de ma "carrière" :rock:

Pourquoi choisir la batterie et pas autre chose, et comment y avez-vous réfléchi, quelles sont les raisons qui vous ont poussées à choisir cet instrument ?

Bon, comme vous l'avez compris, j'ai pas commencé par mon instrument fétiche. Mais en réalité, j'ai le souvenir de toujours avoir voulu faire de la batterie. Simplement, à l'époque, je ne m'exprimait pas du tout, donc je l'ai jamais dit à mes parents ;( Après avoir commencé la guitare, je voyais en la musique une sorte d’échappatoire, ça m'a d'ailleurs permis de faire "le deuil" de ma carrière sportive (oui à la base je me destinait à être pro, mais les choses ont fait que j'ai pas pu aller plus loin à un moment donné). Un beau jour, en 2011, j'ai enfin dit à mes parents que je voulais faire de la batterie. 1ere tentative => 1er refus : "non ça fait trop de bruit". Et là mon esprit logique leur a tout simplement posé comme argument : "ben j'achèterais une batterie electronique, comme ça ça fait pas de bruit". Ils ne pouvaient plus refuser ! Victoire :rock: A la fin de l'été, je commence à m'activer pour trouver une batterie avec mon petit budget cumulant les chèque de cadeaux d'anniversaire et de Noel des 3 dernières années, et je montre des modèles à mes parents. Mais là, mon père est pas chaud pour la batterie electronique : "oh c'est pas très beau, y'a des fils partout, non vaut mieux acheter une acoustique". Deuxième victooire je vais jouer sur une vraie batterie :blob8: Donc voilà, je m'inscrit sur ce forum à la recherche de précieux conseils, et un beau jour, on a été à Nantes au magasin de musique, et hop, j'ai eu mon petit bijou :inlove: :inlove:

Quel a été votre parcours d'apprentissage, du début jusqu'à présent ?

J'ai d'abord commencé à l'école de musique municipale pas loin de chez moi. Ca a été une vraie révélation, le prof croyait que je jouais dejà depuis au moins 1 ou 2 ans quand je suis arrivée à mon 1er cours. En réalité, c'est la première fois que je touchais les baguettes, je n'avais même pas essayé ma batterie toute neuve :D J'ai avancé très rapidement cette année là avec ce prof super. Malheureusement, à la fin de l'année il a démissionné, et y'a eu un nouveau prof. Un jeune, avec qui le feeling n'est pas du tout passé. On n'avançait pas, il s'en tenait toujours à son livre méthode, même si j'avançais plus vite, bref j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps. Au mois d'avril approximativement, j'apprends que dans mon club de tennis, il y a un batteur professionnel. Je pars donc à la recherche de ce monsieur (avec beaucoup de stress :D ), un jour, je le vois, je suis persuadé que c'est lui. J'entame la conversation (énormeee progrès), et là, hyper sympa, le feeling passe bien, et il me propose de me donner des cours. J'accepte donc directement, et l'année d'apres, pour ma 3e année donc, je prends des cours particulier chez lui 2 fois par mois. C'est vraiment lui qui m'a fait prendre conscience que c'était possible d'être pro, et qu'avec du travail, n'importe qui peut y arriver (lui il a arreté l'école 6 mois avant le bac en disant à ses parents que ça servait à rien, qu'il voulait être musicien :rofl: :rofl:) . Il m'a vraiment motivée et poussé à faire de la musique mon métier, c'était l'année de mon bac en plus. A la fin de l'année, j'ai eu mon bac et je me suis inscrit en fac de musique et métiers du son. Comme c'était un peu loin de chez moi, j'ai du arreter les cours particuliers, j'ai d'ailleurs mis un peu la batterie de coté cette année là puisque j'ai eu énormément de travail au niveau de la fac. En effet, je n'avait strictement aucune notion de solfège, mais la licence que j'ai fait necessitait d'avoir un gros bagage en harmonie, lecture de note ect. J'ai donc énormément travaillé pour rattraper mon retard, et j'ai aujourd'hui une reelle grosse connaissance en matière d'harmonie et d'improvisation. L'année dernière (donc ma 5e année de batterie), j'ai repris les cours de batterie à l'ecole de musique de la ville où je loge pendant mes etudes. J'ai un super prof, très sympa, mais qui fait bosser principalement les technique de caisse claire, et les break. C'est pas mon gros kiff, mais ça permet de bien ouvrir le jeu et les possibilités. La cette année, j'ai pu passer mon diplome de milieu de 2nd cycle, et je vais tenter de rentrer en 3e cycle de musique actuelle au conservatoire.

Quel regard portez-vous sur ce parcours, ses défauts, ses bons côtés, qu'est-ce qu'il vous a amené spécifiquement ?

Globalement, le gros défaut mais qui peut finir par devenir un avantage, c'est que j'ai eu 4 prof différents sur mes 5 premières années. Pas facile de se fixer donc, les méthode d'apprentissage étaient très différentes, certains profs étaient plus ou moins impliqués, on avançait plus ou moins vite... mais du coup avec chacun j'ai pu bosser des choses vraiment différentes, ce qui me sert pas mal aujourd'hui dans mon jeu qui est assez ouvert sur les styles etc. J'ai un prof qui m'a vraiment donné envie d'être pro (mais c'est à dire, pas de "rever" d'être pro, genre vraiment bosser pour le devenir), aujourd'hui je fais pas mal de concerts et je m'éclate sur des beau festoche, donc c'est vraiment cool.
Ce que je regrette beaucoup, c'est déjà de pas avoir pu continuer la musique après avoir commencé à 5 ans, car j'aurais eu un sacré niveau arrivée après le bac. Et je regrette aussi de pas avoir eu de cursus très.. strict ? Type conservatoire, avec des profs impliqués, des examens tous les ans ou tous les 2 ans. Même si ça fait pas tout, c'est quand même un gros point positif d'avoir ce genre de cursus (je le vois bien en fac de musique, ceux qui viennent du conservatoire ont un bagage vraiment beaucoup plus conséquent que ceux qui ont eu des profs particuliers).
Je vais tenter de rectifier le tir en m'inscrivant en cursus musique actuelle au conservatoire l'année prochaine à la batterie, et cursus jazz en saxophone (parce que je fais aussi du sax, et un peu de basse).
Que nos plumes à jamais gardent toujours leur libre
Qu'il est plus important d'être debout que de vivre
Ils peuvent assassiner nos corps mais pas nos ames
Le souffle du néant n'éteindra pas la flamme
SHwoKing
Fait partie des murs
Messages : 2189
Enregistré le : dim. 20 mai 2012 15:45
Matos : Sonor Prolite - Paiste Dark Energy / Masters
Présentation : viewtopic.php?f=16&t=2712
Présentation matos : viewtopic.php?f=17&t=8476
Naissance : 1977
Localisation : Reims

Re: Comment j'ai appris la batterie

Messagepar SHwoKing » jeu. 23 mars 2017 10:04

Allez, j'y vais de mon pavé également :


Quel rapport à la musique ? Pourquoi vouloir en faire ?

Je ne suis pas issu d’une famille très mélomane mais j’ai toujours aimé la musique et j’en écoute une bonne dose presque chaque jour.
De nature assez timide je n’ai jamais osé rentrer dans un magasin de musique et toucher un instrument car je ne savais pas en faire et donc peur d’avoir l’air idiot. Je sais que c’est con comme façon de penser car il faut bien débuter un jour mais ça a toujours été un frein pour me lancer.


Pourquoi choisir la batterie et pas autre chose, et comment y avez-vous réfléchi, quelles sont les raisons qui vous ont poussé à choisir cet instrument ?

J’ai toujours été attiré par la partie rythmique de la musique. C’est ce que je ressens le plus dans la musique avec la voix.
Auparavant, j’étais un gros joueur de jeux vidéo dont les jeux musicaux comme Guitar Hero et Rock Band. A la sortie de Rock Band 3, un périphérique midi permettant de brancher une vraie batterie électronique allait sortir. Je me suis donc trouver une petite batterie électronique d’occaz, une Roland HD1.
Et en attendant la sortie du périphérique, j’ai commencé à jouer seul sur la batterie. Ça a été un déclic, je me suis senti bien à faire ça. J’ai fini par avoir le dit périphérique mais je ne me suis jamais servi de la batterie pour jouer aux jeux vidéo.


Quel a été votre parcours d'apprentissage, du début jusqu'à présent ?

J’ai commencé la batterie en novembre 2011.

Voulant apprendre correctement, j’ai pris des cours quelques jours après avoir joué pour la première fois. Un premier cours gratuit dans le (feu) Milonga de Reims. J’avais déjà acquis quelques bases rythmiques en l’espace de quelques jours (poum tchak poum poum tchak :D )et j’avais suffisamment de reste de mes cours de musique au collège il y a 20 ans pour savoir lire une partition.

J’ai donc suivi des cours individuels hebdomadaires de 30 minutes avec le prof de batterie de Milonga, Bertrand Stogowski, pendant 2 ans.

Je suis de nature assez monomaniaque donc quand quelque chose me plaît, je m’y lance à fond. Je me suis mis à pratiquer et pratique encore quasi tous les jours la batterie.
A cette époque, je jouais uniquement sur électronique aussi bien chez moi qu’en cours.

En parallèle des cours je me suis mis à chercher un groupe au bout d’un an et demi de pratique. J’investis dans une batterie acoustique (et des bouchons moulés) que je dois laisser dans ses housses car trop bruyante pour l’endroit où je pratiquais.

Et la grosse révélation pour moi : la batterie acoustique ce n’est pas tout à fait la même chose qu’une électronique. Le touché, le son, les distances sont bien différents. J’avais énormément de mal à reproduire ce que je faisais à la grosse caisse sur un pad avec peaux maillés. Ça a été une vraie difficulté pour moi d’assurer la transition, heureusement qu’il me restait au moins la coordination acquise sur électro. Voilà pourquoi je préconise à ceux qui débutent de jouer sur acoustique de façon régulière et que j'ai une certaine aversion pour l'électronique.

Quelques jours après l’acquisition de mon acoustique, je me trouve un premier groupe dont j’ai déjà parlé ici (Mystic Raven) avec qui je dois faire un essai. J’ai de gros doutes sur mes capacités, j’essaye de négocier l’essai avec l’électronique voir même de lâcher l’affaire. Mais la chanteuse me rassure et je me lance.

Et la grosse révélation encore une fois : c’est un super pied de jouer en groupe ! Je suis super motivé et je bosse à fond. Hélas le groupe s’arrête au bout de 3-4 mois pour des raisons personnelles. Une déception pour moi mais je suis du genre à rebondir rapidement donc je me trouve un autre projet, RunOut, avec qui je ferais mes premiers concerts.

Le passage douloureux à l’acoustique m’a fait comprendre que je devais arrêter de jouer uniquement sur électronique. Je commence à louer régulièrement un studio de répet’ et je décide après 2 ans de changer de prof.

On me conseille Thomas Chemla. Un professeur assez accès Jazz avec un local équipé de deux batteries acoustiques. Le courant passe bien, j’ai pris des cours avec lui pendant 3 ans. Il m’a énormément apporté. Il m’a appris le touché sur une acoustique, à gérer ma dynamique, à me servir de mes oreilles, à penser le rythme et à le chanter. C’est aussi grâce à lui que j’ai trouvé le groupe dans lequel je suis actuellement, Ginger, car c’est lui qui m’a recommandé auprès du groupe.
J’arrête les cours fin 2016 pour deux raisons : financièrement je ne peux plus en assumer le coût et je souhaite travailler des choses plus personnelles afin de développer mon style de jeu et me mettre à la double pédale.

Ça n’est qu’il y a quelques semaines que je fais la connaissance de Jean Sebastien Rouy lors d’un atelier réglage de batterie. Il nous montre à la fin un extrait des cours qu’il dispense. C’est très accès gestuelle, Moeller, Free Stroke, etc… J’ai tout de suite remarqué son jeu très souple, très détendue. J’ai donc décidé de reprendre des cours avec lui. Ça fait seulement 3 leçons que je prends avec lui mais je sens qu’il va m’apprendre ce que je cherchais en ce moment : travaille de la posture, de la gestuelle, des doigts, etc… Ça devrait être très intéressant. On verra ;)


Quel regard portez-vous sur ce parcours, ses défauts, ses bons côtés, qu'est-ce qu'il vous a amené spécifiquement ?

J’ai un regard positif sur mon parcours. Je progresse régulièrement et à une vitesse qui me satisfait. Mon seul regret au final et de ne pas avoir commencé plus tôt.
En 5 ans et quelques de pratique, ma motivation n’a jamais baissé, je ne me suis jamais senti obligé de travailler. J’ai eu quelques étapes et virages à négocier mais ils se sont bien passés jusqu’ici. Je compte continuer sur ma lancée.

La découverte de la batterie a beaucoup influencé mon mode de vie actuel. J’ai fait des choix pour me permettre de pratiquer mon instrument de façon assidu. Certains de mes centres d’intérêts ont changé mais je suis au fond resté le même :P

Elle m’a surtout permis de vaincre ma timidité et de m’ouvrir aux autres plus facilement. J’ai fait énormément de rencontre dans le milieu de la musique, le plus souvent très positives. Les membres de mon groupe sont devenus des amis et le cercle de zicos autour des copains.

La pratique de la batterie m’épanouit, me calme quand je suis énervé ou quand je doute. J’ai la chance aujourd’hui d’avoir des conditions idéales pour jouer : du temps, un local, un super matos et un projet musical qui tient la route. Mais avec le recul, beaucoup de ces conditions viennent de choix que j’ai fait et un peu de chance (pour le local). Ça n'est pas venu tout seul. Pourvu que ça dure. Dans tous les cas je crois que désormais la batterie et moi c’est pour la vie :occasion14:
Modifié en dernier par SHwoKing le jeu. 23 mars 2017 11:43, modifié 2 fois.
SHwoKing
Fait partie des murs
Messages : 2189
Enregistré le : dim. 20 mai 2012 15:45
Matos : Sonor Prolite - Paiste Dark Energy / Masters
Présentation : viewtopic.php?f=16&t=2712
Présentation matos : viewtopic.php?f=17&t=8476
Naissance : 1977
Localisation : Reims

Re: Comment j'ai appris la batterie

Messagepar SHwoKing » jeu. 23 mars 2017 11:41

J'ai lu chacune des présentations.

Gaeriel, ton parcours est assez chaotique en effet. Te retrouver professeur de tambour à 17 ans, à ta place je me serais chié dessus :D. Et comme toi j'ai toujours l’impression d'être le pire des batteurs quand je joues en plateau. Alors que d'une part, on s'en fout et d'autre part ça n'est surement pas le cas. Enfin je suis tout de même content car dernièrement j'ai eu des compliments sur mon jeu et pas que sur mon matos :D

Simple Mind, je crois que l'on partage un point commun : le soucis des choses bien faites. C'est un vrai moteur pour progresser et un vrai point fort dans le milieu de la musique pour se démarquer car beaucoup de zicos sont un peu dilettante.

Platy : tu le dis toi même, un bon prof c'est la vie. A moins d'être un génie c'est difficile de bien apprendre seul. Même avec la profusion de contenu vidéo que l'on peut trouver actuellement. Aucun contenu ne vous donnera de retour si vous faites bien ou pas.
Avatar du membre
LeGrosMario
Administrateur du site
Messages : 1992
Enregistré le : mer. 5 oct. 2011 14:31
Matos : TD12 et Tama SuperStar triggée 2BOX
Présentation matos : viewtopic.php?f=17&t=8048#p121724
Naissance : 1972
Localisation : Brest

Re: Comment j'ai appris la batterie

Messagepar LeGrosMario » jeu. 23 mars 2017 13:19

Quel rapport à la musique ?
Famille totalement hermétique à la musique. Personne n'en joue, on n'en écoute pratiquement jamais. Genre Michel Sardou dans la voiture.
Découverte du hard rock à l'adolescence (Scorpions, Venom, Saxon, Manowar), courte période Punk, puis retour au métal (Metallica, Motörhead, Anthrax, Slayer, Megadeth) que j'aime toujours autant.

Pourquoi vouloir en faire ?

Mon épouse musicienne depuis l'enfance a rapidement branché nos enfants.. éveil musical, cours de piano, solfège au berceau .. je me suis senti largué rapidement. LePtitMario s'ennuie au piano, il rêve de jouer de la batterie. Je lui offre du matos et me mets à jouer dessus pour voir. En septembre 2012 j'arrête de fumer et m'offre un an de cours et une acoustique.
J'ai donc appris juste pour faire comme le reste de la famille. Et je continue parce que ça m'énerve de pas y arriver !
Depuis quelques mois je joue en "groupe", ça me met une grosse pression.

Pourquoi choisir la batterie et pas autre chose, et comment y avez-vous réfléchi, quelles sont les raisons qui vous ont poussé.es à choisir cet instrument ?
LePtitMario a eu un coup de cœur visuel, le chrome qui brille, les cymbales, et le son qui défonce tout ... Pour ma part j'y vois surtout un instrument accessible (pas besoin de 10 ans de conservatoire pour faire poum tac).


Quel a été votre parcours d'apprentissage, du début jusqu'à présent ?

18mois de cours avec un prof super, déménagement, nouveau prof moins bien .. abandon des cours. Je bosse tout seul, et c'est mal.

Quel regard portez-vous sur ce parcours, ses défauts, ses bons côtés, qu'est-ce qu'il vous a amené spécifiquement ?
Mon parcours est l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire: attendre trop longtemps pour jouer avec d'autres, quitter un très bon prof, ne pas se définir d'objectifs précis, travailler beaucoup tout seul en piochant des exercices par ci par là ..
Il faut que je reprenne des cours, mais la préparation des répétitions du groupe me prend déjà tout mon temps libre. Il me faudrait un prof qui me ferait bosser nos morceaux et un tout petit peu de technique pure. Pas évident à trouver. Je veux pas un prof qui déroule sa méthode page par page (même si c'est sûrement efficace à long terme), ni un qui me forme à faire des rudiments hallucinants qu'on a jamais l'occasion d'utiliser dans la vraie vie...
Il me faudrait juste un "entraîneur" qui m'aide à mettre au point une poignée de morceaux.

Mais ça reste un loisir très secondaire dans ma liste de priorités.


Hors-sujet
LePtitMario est passé à la guitare, LaPtiteMariotte a abandonné le piano pour la basse, et elle va peut être se mettre au chant .. objectif 2017: une reprise de Nirvana ?
- Batteur dilettante -
Avatar du membre
La_Gargouille
Chope d'argent
Messages : 632
Enregistré le : sam. 9 avr. 2016 13:57
Matos : Tama ImperialStar Midnight Blue Standard
Présentation : viewtopic.php?f=16&t=8226
Présentation matos : viewtopic.php?f=17&t=8228
Naissance : 1974
Localisation : Sud-ouest de la France

Réponse La Gargouille

Messagepar La_Gargouille » jeu. 23 mars 2017 22:22

Quel rapport à la musique ? Pourquoi vouloir en faire ?
- Famille hermétique à l'apprentissage d'un instrument : aucun intérêt, bruyant et cher.
- Le peu de musique qu'ils écoutaient : variété française, un peu de disco, et ho si, y avait le blue album des Beatles qui trainait dans un coin. Ma culture musicale jeune s'est faite avec la télé, le films et la radio diffusée dans ma campagne : NRJ. Le départ du foyer familial m'a permis de découvrir d'autres styles musicaux moins diffusés. pour moi la musique était une bonne compagne, discrète mais toujours présente.
J'ai voulu faire de la musique quand j'étais enfant, parce que je trouvais génial de pouvoir exprimer de manière différente ce que je ressentais.
Après le refus catégoriques de mes parents, j'ai enfuis cette envie au fond de moi, et j'ai tout reporté sur le sport (volley et boxe française) que j'ai pratiqué intensivement pendant de nombreuses années.
Faire de la musique me titillais de temps en temps, mais je n'avais jamais franchi le pas, conditionnée inconsciemment, par la position de mes parents concernant la pratique musicale, mais aussi parce que j'avais d'autres activités qui me plaisaient et me prenaient du temps.
J'écoutais bien sur de la musique, mais je n'étais pas forcément après elle Je prenais ce qui passais et si j'aimais c'était bien, sinon, suivant.
Puis l'année dernière, des évènements personnels et professionnels, m'ont fait franchir le pas et je ne le regrette vraiment pas.

Pourquoi choisir la batterie et pas autre chose, et comment y avez-vous réfléchi, quelles sont les raisons qui vous ont poussé.es à choisir cet instrument ?
Je suis tombée amoureuse de cet instrument, un soir de fête de la musique, alors que je n'était qu'une p'tiote : un joueur de batterie dans la rue et mon cœur a été transporté. bien sur je ne me rappelle plus du gars ni du style de musique qu'il jouait, mais par contre les vibrations qui remontaient mon corps et la sensation de ce soir là, oui. Aucun autre instrument m'a transporté comme cela.
Évidemment, j'ai tapé un peu partout après, habitude vite corrigée par mes parents (cf première réponse...). :wasntme:
Avant la découverte de ma batterie, un cousin qui faisait de la guitare sèche m'en avait offerte une pour noël, je devais avoir 5 ans mais...je n'ai pas pu en pratiquer longtemps (cf première réponse...) :wasntme:
J'ai fait de la flute à bec l'école avec le cours de solfège basique... je jouais la marseillaise et avais reproduit quelques morceaux de Mylène Farmer dessus 8) :D mais...je n'ai pas pu pratiquer longtemps (cf première réponse...) :wasntme:
Vous imaginez bien que la batterie, j'avais abandonnée depuis longtemps de convaincre mes parents... :x
Ensuite grande période sportive, vie professionnelle avec horaires décalées, minuscule appartement.
J'allais voir des concerts et je passais mon temps à observer et écouter le batteur...
Puis retour au bercail dans ma campagne du 47, j'avais arrêté le sport compétition depuis dix ans, je suis allée voir Muse à Paris en Mars 2016 et bien sur j'ai focalisé sur Dominic Howard et son jeu.
Et là, l'envie de jouer de la batterie et ressortie du tréfonds de mon être, comme une évidence.
Je n'avais plus aucune excuse ou prétexte pour ne pas céder à cette envie.
En plus contrairement à ma jeunesse, un outil formidable était là à ma portée : Internet! J'ai donc commencé à naviguer, je me suis acheté des baguettes et commençait à voir des rudiments puis un peu plus d'un mois après le concert, je m'inscrivais ici, je m'achetais une batterie, je me trouvais un prof (car pour moi, il était important que quelqu'un me guide pour les bases et me canalise pour éviter de me disperser.)

Quel a été votre parcours d'apprentissage, du début jusqu'à présent ?
Donc mes véritables débuts sont récents, puis que c'était il y a un an. Début de l'apprentissage : internet
Premier site visité
2ème site visité
J'ai appris la tenue des baguettes, le nom des différents doigtés principaux, j'ai commencé à m'entrainer à taper au tout début avec des baguettes sur des coussins. Puis j'ai acheté un pad et la batterie.
J'ai dégoté un prof particulier via annonce sur Zikinf. Il bosse avec la méthode Boursault que je trouve bien sur le principe. Déjà pas de D/G ou R/L mais point/rond comme notation de doigté car elle est moins discriminante (pour un gaucher, cela évite de faire la manip mentale totalement illogique d'associer D à gauche et G à droite.)
Ensuite certains exercices s'effectuent avec accompagnement musicaux, les exercices sont progressifs et compréhensibles. Le seul soucis c'est que le prof que j'ai n'est pas régulier et ses cours ne sont pas préparés...c'est moi qui doit lui rappeler ce qu'il m'a donné comme exercices...et la plus cela va, moins je le vois j'entame ma 4ème semaine sans cours... |(
Heureusement, parallèlement, je m'impose une certaine rigueur par la participation au cover du mois et les cours de Laurent de batterie en ligne... mais, y a pas à chier, rien ne vaut une personne pour t'expliquer certains points ou te corriger tes erreurs en direct.
Depuis le débuts tout les matins (sauf très rares exceptions) , je pratique mes rudiments avec stick control pendant une demie heure. Et le soir en semaine je fais une à deux heures de batterie. Le week-end je joue le samedi et je me force à ne pas jouer le dimanche.
Lorsque je suis à la batterie, je découpe mes séances en trois : exercices d'échauffement : exercices du jour et partie jeux. la durée accordée pour les deux dernières parties dépend de l'humeur du moment.
de que j'ai un moment de libre je tapote, j'ai des baguettes et un pad au boulot au cas où. Je m'entraine à tourner mes baguettes quand je suis devant la télé. :inlove:

Quel regard portez-vous sur ce parcours, ses défauts, ses bons côtés, qu'est-ce qu'il vous a amené spécifiquement ?
Pour l'instant un regard positif, je me sens beaucoup mieux depuis que j'ai commencé la batterie, j'ai retrouvé une certaine sérénité qu j'avais perdu en arrêtant le sport de compétition.
J'ai toujours envie de progresser dans la batterie.
Le problème principal c'est l'irrégularité de mon prof qui ralentit ma progression. Le soucis c'est que sans prof, je n'ai plus de fil rouge à travailler et mon caractère fait que même si je suis autonome, j'ai quand même besoin d'un "guide" auquel me référer de temps en temps, et ce prof ne rempli plus ce rôle à cause de son absence trop longue.
Ensuite le fait d'avoir un prof perso, c'est génial car il est à ta disposition, il n'a que toi à aider, corriger, mais du coup on n'a pas d'interaction avec d'autres élèves, pas de moyen de se positionner, et on apprend pas à jouer devant d'autres personnes et accepter leur regard critique.
Enfin, le fait d'être gauchère sur un kit gaucher apporte un inconvénient supplémentaire...lors d'un cours particulier pas de moyen pour lui de montrer des enchainement sur ma batterie étant droitier... cela rajoute une difficulté supplémentaire d'apprentissage.
Malheureusement, mon activité professionnelle ne me permet pas de suivre des cours collectifs de part les horaires rigides de ceux-ci. Je me retrouve donc limitée dans mes choix d'apprentissage.
Le fait de suivre des cours via internet en plus des cours de mon prof est bénéfique, pouvoir voir une autre pédagogie, une autre façon d'enseigner . cela permet de confronter les résultats obtenus, de ne pas tomber dans une routine.

:occasion14:
"Ne vous comparez à personne, vous risqueriez de devenir vain ou vaniteux.
Il y a toujours plus grands et plus petits que vous.
"
Avatar du membre
nonodrum
Modérateur sanguinaire
Messages : 5154
Enregistré le : dim. 1 juil. 2012 21:56
Matos : E-Drum Home Made-Sonor sonic/Roland/Zildjian Gen16
Présentation : viewtopic.php?f=16&t=2901
Présentation matos : viewtopic.php?f=17&t=2902
Naissance : 1974
Localisation : Aveyron

Re: Comment j'ai appris la batterie

Messagepar nonodrum » jeu. 23 mars 2017 23:17

Quel rapport à la musique ?
Oulla sa commence fort, comment dire, dans ma famille mon grand père été chanteur de Belcanto, faisait quelques concerts par-ci par là, il donnait des tours de chant comme il dit, mais je l'ai pratiquement jamais entendu chanté.
Juste pour dire que la musique a toujours eu une place de loin comme de prêt dans ma famille.
Mon père c'est mis à jouer de la guitare à l'armé ,pour épater la galerie, il jouait pour accompagné ce faire plaisir, puis avec le temps le boulot prenant (Boulanger) la famille il a laissait tombé, petit il tâtait le piano, mais s'en et détourné à cause de personne acariâtre qui comprenait rien à la musique.
Mon oncle lui par contre à commençait par la musique, il a même écrit quelques chansons, il a une voix à la Serge Lama, mais il chante rarement maintenant, il est toujours dans le milieu du spectacle puisqu'il est intermittent, il a monté sa propre boite d'animation, il écrit des livres, monte des spectacle, fait à l'occasion de one man show.
Ensuite mon frère joue de la gratte, mais à laissé un peu tombé, bien que de temps à autre il grattouille quand même.
Donc peut-être que dans ma famille il y a un facteur qui fait que j'ai toujours été attiré par la musique.
Mes influences, ça été beaucoup la variété de l'époque, avec les émissions des Carpentier, de Druker et autre, rigolait pas, mais sa ma vraiment donner envie de faire de la musique. :D car il y avait à l'époque, une approche rythmique assez Jazzy, et pas forcément évidente à appréhender.
Reste ensuite des groupe comme Genesis, Pink Floyd, Supertramp en autre.

Pourquoi vouloir en faire ?
Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours adoré la musique, je peux pas passer une journée sans écouté de la musique, soit à la radio au boulot, soit en voiture en Streaming sur Deezer, soit à la maison.
la musique chez moi c'est viscéral.
J'ai toujours rêvé depuis môme de jouer de la musique, donc pour moi c'est un rêve de gosse. :inlove:

Pourquoi choisir la batterie et pas autre chose, et comment y avez-vous réfléchi, quelles sont les raisons qui vous ont poussé.es à choisir cet instrument ?
Une évidence, depuis tout gosse je veux jouer de la batterie, c'est ça et pas autre chose, j'ai testé un peu le piano étant gamin, mais quand mais parents mon demandé si je voulais apprendre à jouer d'un instrument, parce qu'il trouvait cela utile, sans hésité j'ai dis moi c'est la batterie.
Dans les émissions de télé je regardais le batteur quand on pouvait le voir et personne d'autre.
Je dirais donc que c'est aussi viscéral, c'est passionnel.


Quel a été votre parcours d'apprentissage, du début jusqu'à présent ?
Quand j'ai débuté la batterie j'étais gamin , je devais avoir 6/7ans, mes parents mon inscrit pour prendre des cours avec un prof qui avait jouer longtemps dans des orchestres de bateau de croisière,il s'appelait Mr Cruchot comme dans les gendarmes à St Tropez :lol: ;mais le problème c'est que les cours s'étaient le Mercredi après midi, et le Mercredi je préférait le passé avec mes pottos à faire du Bmx.
En plus j'avais pas de batterie à la maison pour continuer d'apprendre, et souvent les cours, c'était son élève qui me l'ait donné, et sa ma un peu dégouté, pourtant je me souviens qu'il trouvait que j'avais des facilités à jouer, d'ailleurs j'ai trouvé ça très naturel de jouer de la batterie, cela des le début.
Mais bon j'ai arrêté la batterie, et j'ai toujours regretter ce choix, et j'ai considéré cette décision comme une grosse perte de temps sur mon apprentissage de l'instrument; un grosse connerie que d'arrêter.
Je me suis juré de reprendre un jour.
Ce jour est arrivé vers 16 ans et demi, j'avais commencé à bossé avec mon père, et j'ai donc commencer à gagner un peu sous et j'ai décider de trouver un prof.
J'ai trouvé une annonce dans le journal du coin, j'ai appelé, j'ai trouvé un mec super sympa, Jean Marc Faulhaber , un mec touche à tout, un feeling rythmique qui ma toujours bluffé, un toucher de baguette très latin; pas un grand technicien du rythme, mais un mec qui joue carré et qui à un son une signature; c'est lui d'ailleurs qui ma donné le gout pour la marque Sonor.
j'ai donc dans la foulé acheté ma première batterie, une casserole de marque Linko, sur laquelle j'ai changé petit à petit le hardware, que j'ai encore actuellement, jusqu'à la troqué contre ma Sonor actuelle.
D'ailleurs ma première vidéo et la seule de l'époque,je l'ai faite avec lui. :D
Plus tard il m'a envoyé vers un pote à lui, tous simplement parce qu'il ce trouvé limité techniquement et que ça risqué de me bridé pour mon apprentissage.
Donc j'ai rencontrer David Hernandez (paix à son âme ;( ) avec lui j'ai pris 7 ans de cours, jusqu'au jour ou j'ai arrêté parce que sa partait trop vers le jazz; sa me gonflé un peu, et surtout je saturé un peu de prendre des cours, j'avais besoin de m'aéré musicalement et de trouvé mon propre son, mon propre feeling et ma propre signature.
David était un super batteur, une très grosse technique, capable de jouer aussi bien en droitier ,qu'en gaucher, il était issu du hard rock de l'époque, Trust, iron Maiden,Deep Purple, et compagnie, une tendance à en mettre un peu trop partout. :lol:
J'ai jamais eu de groupe, à l'époque, parce que je me sentais vraiment pas capable techniquement, et parce que j'avais peur de passé pur le le gros naze de service.
Je me disais, tu auras un groupe quand tu auras le niveau pour jouer des choses correctement.
Le temps a passé, maintenant j'ai le niveau, mais j'ai plus le temps pour jouer avec un groupe, et puis quelque part, j'aime pas trop la vie en communauté... :lol:
Bon après j'ai quand même souvent fait quelques bœufs , mais rien plus.
Actuellement je joue régulièrement, j'essaye de progresser , je fais des drumcover, et surtout je suis arrivé à un niveau qui me permet de me faire plaisir quand je joue, c'était le but premier que je m'étais fixé.
Ce faire plaisir reste pour moi essentiel, et ce plaisir est immense à chaque fois que je joue; même si parfois je me laisse des périodes ou je fais rien; dans le but de revenir encore plus passionné qu'avant.

Quel regard portez-vous sur ce parcours, ses défauts, ses bons côtés, qu'est-ce qu'il vous a amené spécifiquement ?
Je suis assez content de mon parcours globalement, bien que si c'était à refaire, j'aurais jamais arrêté la batterie étant gamin, et j'aurais monté un groupe, même si j'avais pas le niveau; voilà donc pour les défauts.
Pour les bons côtés, avoir pu trouver des profs humains, qui ont eu vraiment envie selon leurs niveaux, vouloirs transmettre leurs savoirs et leurs passions pour la musique.
De rendre l'accès à la musique attrayante, et non pas rigide et trop scolaire,en restant coincé dans les méthodes et les bouquins.

Donc voilà pour mon parcours.... :)
Avatar du membre
bouga74
Garçon ! Je vais rester un peu !
Messages : 68
Enregistré le : jeu. 8 août 2013 08:38
Matos : TD 15k
Présentation : viewtopic.php?f=16&t=5297&p=80181
Naissance : 1987

Comment j'ai appris la batterie

Messagepar bouga74 » lun. 19 juin 2017 09:00

@Gaeriel, pas eu le temps de lire les autres mais je le ferrai sous peu car le sujet est très intéressant !

Juste quelques remarques concernant ton analyse et ton expérience :

ça pousse aussi à des remises en question qui sont bien trop nombreuses (pour moi). Comme j'ai jamais eu le point de vue d'un pro sur ce que je fais, j'ai l'impression de ne rien maîtriser, ça m'angoisse généralement quand je me retrouve avec d'autres batteurs en face de moi, et ça me bloque totalement dans l'idée éventuelle de prendre quelques cours pour voir ce que je pourrais développer.


Encore hier soir, j'accompagnais les élèves de notre guitariste sur scène pour 30 minutes de live. Chaque fois, j'ai de bons retours, donc j'essaye de me rassurer avec. En fin de soirée, un groupe de rock assez énorme avait fait qq km pour venir jouer. J'avais laissé ma batterie, pour éviter de changer de batterie entre les 4 - 5 groupes qui devaient jouer. J'ai jamais vu ma batterie bouger dans tous les sens comme ça. Le live était énorme, un jeu de scène super des 4 gars et un batteur qui faisait des descentes de tom hyper rapide et un jeu vraiment complet (et qui m'a fait mal au cœur pour mes cymbales par la même :lol: ). Bon... Quand tu repars tu te dis juste : OK, je crois que je vais devoir m'y remettre un bon coup. J'ai discuté un peu avec à la fin, ils commençaient juste à vivre de leurs lives. Bref, tout ça pour dire que oui : je pense que se comparer aux autres batteurs ne peut que te faire comprendre qu'il faut retourner prendre des cours, parce que j'ai contacté le prof de l'école de musique ou je jouais dans ma jeunesse pour savoir si je pouvais reprendre des cours il y a 2 semaines. On veut tous se rassurer et s'assurer que des mecs qui s'y connaissent un peu dans son instrument te disent que tu ne fais pas de la merde. C'est normal je pense. Après, sur le coup, je trouvais que ce qu'il faisait était impossible pour moi. J'ai fais 2 - 3 vidéos, et en ré écoutant derrière, je me rends compte que parfois, c'était loin d'être infaisable. Par contre, un point qu'il me manque est la capacité à "embellir" une partition. Lui faire prendre une autre ampleur, et ça ce n'est peut être pas donné à tout le monde ! Mais bon je pense que c'est du boulot, du boulot et du boulot.

Le plus marrant dans tout ça, c'est quand les parents des gamins avec qui je jouais disent "oui mais c'est bien parce qu'ils jouent avec un professionnel" (le guitariste leur avait sur-vendu la prestation ^^) et que tu te dis OK faut assurer. Quelques minutes plus tard, tu as l'impression de que ça fait 1 an / 1an et demi que tu fais de la batterie, ça fou un coup !

Pour le reste, je trouve ton parcours très sympa, et je me reconnais un peu dedans, bien que j'ai été un peu du côté opposé avec des méthodes d’apprentissage d'école de musique, et un prof qui gueulait (trop ?) fort quand je n'arrivais plus à monter mes rudiments. Je ferai peut être le miens à l'occase, c'est cool d'échanger sur le sujet effectivement !

Retourner vers « La technique et les méthodes d'apprentissage »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité